Fermer

Chères Soroptimistes,

 

Avant de me lancer dans la rédaction de cette seconde et dernière « Allocution de la Présidente », j’ai eu une pensée pour celle prononcée à Florence, il n’y a pas si longtemps, dans le cadre de laquelle j’avais pour la première fois exposé mon thème biennal et expliqué mon choix pour ce slogan spécifique :

 

          « Nous nous engageons envers les femmes ! »

 

Je pensais et pense toujours qu’il est aujourd’hui plus que jamais crucial de défendre les droits des femmes. J’ai dit clairement qu’aucune violation des droits des femmes n’était acceptable : non seulement sur le plan physique, mais aussi dans le sens où cela porte atteinte aux droits fondamentaux de la personne – dont le droit à l’éducation, à l’égalité salariale, à la justice ou, tout simplement, le droit de finir ses phrases !

 

J’ai passé ces derniers 18 mois à partager mon message avec de très nombreuses Soroptimistes au travers de l’Europe et en Afrique. Je me sens parfois un peu comme un prédicateur itinérant ….

 

Je suis extrêmement heureuse de constater que tant de nos consœurs ont adopté mon thème avec enthousiasme, car il incarne à mes yeux parfaitement ce que nous souhaitons être : « Une voix universelle pour les femmes ». Si nous souhaitons affiner notre identité, il va nous falloir nous différencier des autres, et en particulier des autres organisations caritatives. Notre vision et notre message doivent être clairs ! Les Soroptimistes sont des agents de changement, des guides pour toutes les femmes.

 

Les excellents et formidables projets mis en œuvre au sein de notre Fédération toute entière en faveur des droits des femmes et notre lutte constante contre les violences basées sur le genre en sont une preuve irréfutable. Vous me rendez fière d’être votre Présidente !

 

L’une des grandes priorités que j’avais soulignée il y a deux ans était le renforcement de notre action de lobbying au niveau de la Fédération, et la nécessité de la rapprocher des Unions.  Je suis aujourd’hui heureuse de pouvoir annoncer que les efforts réalisés en valaient la peine.

 

Les 16 Journées d’activisme ont été lancées par le Center for Women’s Global Leadership en 1991. Puis en 2008, le Secrétaire général de l’ONU M. Ban Ki-moon a inauguré « UNis dans la lutte contre la violence envers les femmes », aujourd’hui poursuivi par ONU femmes. L’une comme l’autre de ces initiatives ont inspiré un nombre toujours croissant d’Unions et de clubs soroptimistes à passer à l’action, et leur action conjointe a contribué de manière significative à promouvoir la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes du 25 novembre.

 

Cette année, le SIE a organisé son premier stage de formation à l’intention des coordinatrices Lobbying et les résultats de ce premier essai sont très encourageants. Quelques semaines à peine après cet atelier, les coordinatrices Lobbying ont lancé une nouvelle campagne, inspirée d’une idée des Soroptimistes polonaises, visant à encourager les femmes à participer aux élections européennes et, encore plus particulièrement, à inciter les jeunes femmes à s’inscrire sur les listes électorales pour la première fois.

 

L’un des principaux enjeux actuels de notre organisation est le vieillissement et le déclin de nos effectifs. Oui c’est un fait, nous continuons de perdre des membres. Environ 3,5 % sur ces cinq dernières années.

 

Mais différentes solutions s’offrent à nous :

En premier lieu, nous devons prendre en compte le style de vie des nouvelles générations. Alors qu’assister à une réunion mensuelle de club peut être important pour notre génération, cela n’est pas forcément une priorité pour les « millennials ». Nous devons donc nous ouvrir à de nouvelles façons de nous « rencontrer », par exemple virtuellement. Même si nous sommes toujours en cours de réflexion à ce sujet et devons encore en évaluer les avantages et inconvénients, nous sommes heureuses de constater l’intérêt déclaré de nombreuses Unions, certaines s’étant même d’ores et déjà engagées à offrir ce type de forme d’adhésion.

 

Recruter de nouveaux membres n’est cependant que l’un des aspects du renforcement de notre organisation. Nous devons également nous interroger sur les raisons du départ de tant de membres actifs.

 

Permettez-moi de revenir sur l’enquête réalisée à ce sujet en 2014. Je suis convaincue que ses résultats demeurent valides aujourd’hui : 47 % de nos membres désignaient alors les conflits au sein des clubs comme motif de départ.

 

Et au cours de ces derniers 18 mois, je dois avouer que j’ai pu constater ces conflits à tous les niveaux : clubs, Unions et Fédération. Outre l’effet sur les chiffres, cette atmosphère négative et le manque de tolérance ont d’autres conséquences préjudiciables pour notre organisation : les clubs et Unions rencontrent en effet de grandes difficultés pour trouver des membres désireux de s’impliquer dans des postes à responsabilité. J’ai souvent entendu déclarer : « Pourquoi est-ce que je m’engagerais à un poste, faisant don de mon temps et de mon énergie, alors que je n’en récolterai que des critiques ? ».

 

« Nous nous engageons envers les femmes ! »

 

Est-il certain que nous, Soroptimistes, nous engagions TOUJOURS envers les femmes ?

 

Certaines d’entre vous connaissent peut-être déjà cette citation de l’avocate féministe et militante pour les droits de la personne Amal Clooney, mais nous ne saurions assez la répéter :

« La pire chose que l’on puisse faire, en tant que femme, c’est de ne pas se montrer solidaire (…)  Il s’agit-là de quelque chose que nous pouvons faire chaque jour, où que nous soyons et quoi que nous faisions — des femmes déterminées à se soutenir les unes les autres, choisissant de se défendre les unes les autres et de célébrer leurs réalisations au lieu de se faire concurrence et de se critiquer. »

 

Nos actions de mentorat sont une excellente façon de mettre cette philosophie en pratique et de faire preuve d’un soutien actif les unes envers les autres. Nous pouvons être extrêmement fières des réalisations de notre Fédération jusqu’à présent : la création d’un groupe d’étude et la publication d’un guide pratique. Nous sommes désormais en phase de déploiement.

 

Le réseautage est un autre élément clé de notre action et nous vous présenterons sous peu notre tout nouvel outil : le site « Soroptimist Entrepreneur », qui vous permettra de découvrir des Soroptimistes aux rênes de toutes sortes d’entreprises ! Un atout indéniable pour notre stratégie de marque !

 

Il y a deux ans de cela, je vous avais annoncé notre intention de porter une attention spécifique au renouveau de l’esprit soroptimist en Europe de l’Est et un groupe de travail a été créé à cet effet. Nous vous avons parlé de leurs activités et je suis heureuse que notre Présidente-élue Anna compte poursuivre ces efforts.

 

Je ne vous ai pas caché ma déception face au retard de mise en place de nos nouveaux statuts et règlements internes. Les motifs de ce retard vous ont été communiqués et je ne m’étendrai pas sur le sujet aujourd’hui. Je tiens cependant à louer le travail de nos Unions, aussi bienvenu qu’impressionnant, sur les propositions communiquées. Je me réjouis d’ores et déjà des discussions que nous allons maintenant pouvoir engager à ce sujet.

 

La commission des statuts et règlements internes (C&BLC) va étudier les commentaires reçus et s’assurer que vous receviez les nouvelles propositions avant la fin du mois de juin afin que vous ayez le temps de les examiner avant le vote prévu lors de la prochaine RG.

 

Garantir les mêmes droits à l’ensemble des Soroptimistes est une autre de mes priorités, même si cela ne peut être mis en place du jour au lendemain. Ce droit n’est d’ailleurs pas considéré comme une nécessité par tous les membres de nos clubs individuels. Cependant, notre organisation doit trouver des solutions afin de garantir les mêmes droits à toutes, y compris le droit de se présenter aux fonctions de Fédération.

 

Dernier point : nous ne devons jamais oublier le rôle crucial de la communication pour partager avec vous, Unions et clubs individuels, nos idées, projets, outils et services ! Notre travail ne vaudrait sans doute pas grand chose sans communication, et je suis par conséquent très reconnaissante de pouvoir compter sur le soutien d’une équipe aussi expérimentée que dévouée !

 

La très probable création d’une 5e Fédération vous a été confirmée hier par nos Directrices SI. Ceci signifie que quelque 1100 membres s’apprêtent à quitter le SIE pour former leur propre Fédération africaine SI, baptisée SIAF. Outre une perte significative en termes de membres, cette nouvelle Fédération va également nous obliger à dire au revoir à de très chères consœurs et amies que nous avons appris à connaître et à apprécier au fil des années. Les rencontrer ne va plus être aussi simple qu’auparavant, et le SIE perd en même temps un peu de sa diversité culturelle !

 

Le programme de collaboration de projets devrait heureusement nous permettre de faire en sorte de poursuivre notre travail sur des projets communs en cours ou nouveaux. Le Fonds Roswitha Ott va également poursuivre son formidable travail, le SIAF offrant à Roswitha un champ d’action encore plus vaste !

 

De toute façon, chères consœurs d’Afrique, au nom de notre Fédération, je vous souhaite bonne chance pour toutes vos futures activités !

 

Mon mandat n’est pas encore terminé et de nombreuses initiatives doivent encore être menées à bien. Un atelier de formation à l’intention des clubs d’Europe de l’Est et une troisième formation pour les Présidentes d’Union sont prévus pour septembre.

 

J’aimerais cependant d’ores et déjà profiter de cette occasion pour remercier l’ensemble des membres du bureau élargi pour leur contribution à ce mandat, et encore plus spécifiquement les membres de ce que nous appelons le Bureau restreint et le Bureau restreint plus, pour leur engagement permanent. À ce jour, nous avons tenu pas moins de 19 réunions de Bureau, dont 7 en face à face. Sans votre travail acharné, votre temps et votre dévouement, je ne pense pas que toutes nos belles réalisations auraient pu voir le jour.

 

J’aimerais également exprimer ma gratitude à l’équipe du SEP (SIEHQ) pour son soutien indéfectible. Notre Fédération ne saurait fonctionner sans une équipe solide et engagée soutenant son Bureau de bénévoles.

 

Nous venons de faire un grand pas en avant, et je suis enchantée et reconnaissante que ma successeur, Anna, s’apprête à poursuivre le travail sur les nombreuses thématiques qui ont inspiré nos Unions et clubs dans le cadre de cette période biennale. Cette continuité est le socle fondamental de tout progrès et de toute réussite !

 

Soyez-en certaines :

Nous allons continuer à nous engager envers et aux côtés des femmes !

 

Merci

 

Présidente du SIE Renata Trotmmann Probst

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies. plus d'informations

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Fermer