Fermer

Si vous demandez autour de vous ce que les gens entendent par leadership et ce qui caractérise un bon leader, vous obtiendrez chaque fois une réponse différente. Ceci est tout à fait normal, car chacun a sa propre idée de ce qui fait un bon leader. Si l’on synthétise les réponses, il apparaît que les leaders sont des personnes qui savent comment atteindre des objectifs tout en inspirant les autres.

 

Pourquoi les femmes leaders sont-elles si rares ?

Aujourd’hui, quand les femmes commencent leur carrière dans une entreprise ou dans d’autres secteurs, c’est avec le même niveau d’intelligence, de formation et d’engagement que les hommes.

Au premier niveau de la hiérarchie, plus de la moitié des employés d’une organisation sont des femmes. Mais on observe qu’à chacun des niveaux suivants de l’échelle professionnelle, le nombre de femmes diminue.

Quel est le problème ? Dans le monde entier, il s’avère que plus on monte dans la hiérarchie d’une entreprise, moins il y a de femmes. Bien sûr, les statistiques varient selon les régions et les situations culturelles, mais de manière générale, on constate malheureusement le même modèle. Seule 1 entreprise sur 5 dans le monde a une femme PDG ou un cadre supérieur.[i]

 

S’agit-il d’un problème de compétences ?

Si l’on considère les responsables femmes occupant des postes de direction, les études et les experts s’accordent tous pour reconnaître l’excellence des femmes, à la fois en termes d’efficacité que de compétences de leadership reconnues.

Les femmes leaders semblent également disposer d’une aptitude particulière au développement de compétences extrêmement importantes, comme l’aide à l’évolution des autres personnes, la capacité à inspirer et à motiver, l’établissement de relations, la collaboration et le travail d’équipe. Les femmes tendent par ailleurs à posséder d’autres prédispositions spécifiques, notamment en ce qui concerne l’esprit d’initiative, l’intégrité et l’honnêteté, ainsi que l’obtention de résultats. Ces compétences mises en évidence par des études montrent que les femmes sont en fait considérées comme plus efficaces pour faire avancer le travail, sont de meilleurs modèles et réussissent mieux à obtenir des résultats.

 

D’où vient donc l’écart constaté ?

De plus en plus d’experts tendent à s’accorder pour dire que les politiques et pratiques actuelles du monde du travail, qui remontent à de nombreuses années, favorisent le décalage entre la façon dont les femmes sont perçues et les qualités que l’on associe en général aux leaders masculins.

Ces structures organisationnelles et pratiques professionnelles ont été élaborées il y a longtemps par des hommes, en fonction de la vie et du développement de l’homme en tant que seul soutien de famille. N’oublions pas qu’à l’époque, les femmes ne représentaient qu’un infime pourcentage de la population active.

 

Depuis, la société a évolué. La technologie et les outils modernes ont accéléré la voie de la compétitivité, avec des processus de prises de décisions plus rapides et davantage de stress pour les leaders.

Les programmes d’éducation au leadership et les initiatives de mentorat traditionnelles sont certainement encore nécessaires et très importants, mais clairement insuffisants.

Ce que l’on nomme équilibre entre travail et vie personnelle est sans aucun doute un mythe. Tant que nous n’aborderons pas la question comme un problème sociétal à grande échelle et que nous ne reverrons pas notre approche du travail et du leadership, les femmes leaders continueront d’être trop peu nombreuses dans la société.

 

[i] https://blogs.worldbank.org/opendata/how-many-companies-are-run-women-and-why-does-it-matter-0

Auteur

Par Bintou Koïta,

Responsable du Programme Senior

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies. plus d'informations

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Fermer