Fermer
A propos de ce projet Madagascar, dont la population est de presque 23 millions d’habitants, ne possède qu’un appareil de radiothérapie.

Il se trouve au centre d’oncologie doté de 60 lits de l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona d’Antananarivo et il est souvent en panne. Les traitements anticancéreux ne sont accessibles qu’à une toute petite minorité. Pour les habitants des zones rurales, l’étendue de l’île constitue un défi supplémentaire, en raison du coût du voyage à la capitale pour se faire soigner. Certains patients quittent le centre au milieu de leur traitement quand ils n’ont plus d’argent.

Les cancers gynécologiques et du sein sont les principales causes de mortalité des femmes malgaches. Là encore, le pays manque cruellement d’équipements médicaux (il ne dispose que de six appareils de mammographie). Les obstacles culturels sont aussi difficiles à surmonter. Par exemple, les examens gynécologiques sont encore stigmatisés, surtout chez les femmes des campagnes. Cela signifie que quelque 60 % des cancers ne sont diagnostiqués que tardivement et sont en conséquence difficiles à traiter.

Pour encourager au dépistage et à la détection précoce de la maladie, l’Union soroptimist malgache a mobilisé son réseau de 13 Clubs, dont certains se trouvent dans des zones très isolées. Elle a aussi réalisé plus de 150 bilans de santé. En collaboration avec le SI Club Saint-Denis de la Réunion, ces activités ont inclus des visites dans les écoles et des événements de sensibilisation, avec des projections de films et la distribution d’un guide d’auto-examen des seins.


* source

Union - Clubs

Madagascar

Contacter l'union

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies. plus d'informations

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Fermer